Carrière

  • Cinq femmes au pouvoir partagent des conseils de carrière

    Des femmes au pouvoir forment toujours une minorité. Il est temps de passer à l’action ! Stepstone a interrogé cinq femmes flamandes au pouvoir afin de connaître leurs conseils de carrière les plus importants.

     

    ‘Osez vous mettre en avant’ - Sarah Timmermans, directeur général chez Opel Belgium

    ‘Voulez-vous faire carrière ? Osez vous mettre en avant. Je suis convaincue que ce sont souvent les femmes mêmes qui créent le plafond de verre. C’est en pensant qu’elles n’arriveront jamais à atteindre le sommet, qu’elles ne pourront jamais réaliser cette ambition. Je constate aussi que beaucoup de femmes ont le sentiment de devoir choisir entre leur carrière et leur famille et qu’elles n’osent pas choisir les deux. La combinaison n’est pas facile, mais loin d’être impossible. Selon moi, les femmes doivent dire ‘oui’ plus souvent.  

    ‘Développez un réseau solide autour de vous’ - Martine Reynaers, CEO de Reynaers Aluminium

    ‘Reynaers Almuminium est une entreprise familiale. Certes, mes origines m’ont donné un avantage important mais une bonne formation est également un élément décisif. Après mes études de droit, j’ai voulu commencer à travailler dans l’entreprise familiale mais j’avais le sentiment d’avoir des défauts dans certains domaines. J’ai donc suivi une formation MBA. Ces études m’ont donné plus de confiance mais elles m’ont également permis d’établir des contacts internationaux. Même aujourd’hui, une bonne formation reste selon moi un élément décisif pour ouvrir des portes. Plus proche du sommet, plus dure la concurrence, qu’on soit homme ou femme. Ne sous-estimez pas l’importance d’un bon réseau.Et ce réseau, vous le construisez déjà pendant vos études, par exemple en vous affiliant à des associations d’étudiants. Ne limitez pas votre réseau au cadre de l’entreprise pour laquelle vous travaillez mais établissez des contacts dans plusieurs secteurs.  

    ‘Ne mettez pas trop vite un pas en arrière’ - Ann Claes, CEO de JBC

    ‘Aujourd’hui, plus de femmes sont au pouvoir qu’avant, heureusement, mais je reste quand même souvent la seule femme autour de la table. J’ai l’impression que les femmes s’adaptent plus souvent à leur famille que les hommes. Dans notre entreprise, je constate cette mentalité aussi. Un des enfants est malade ? C’est souvent la femme qui reste à la maison. Et dans des situations difficiles ou dans une période de stress, ce sont souvent les femmes qui pensent que travailler moins est la solution la plus adéquate. Si un pas un arrière vous rend heureuse, c’est très bien. Mais êtes-vous convaincue que ce soit la meilleure solution ? Réfléchissez-y. La vie est trop courte pour ne pas poursuivre ses rêves.  

    ‘Fake it till you make it’ - Il y a 20 ans, Conny Vandendriessche a fondé Accent Jobs et elle gère la société Stella P.

    ‘Un de mes slogans préférés est ‘fake it till you make it’. Pendant les premières années comme femme entrepreneur, je n’étais pas du tout sûre de moi-même, même si je me présentais de manière confiante en moi. Après quelque temps, on gagne plus de confiance en soi. Avec un sourire, de l’enthousiasme et du respect pour l’autre, on obtient tellement plus. Essayez de ne plus douter de vos propres capacités.  

    ‘Osez négocier votre salaire’ - Anja Van Mensel, CEO Studio 100.

     ‘Je suis convaincue que les femmes doivent se montrer plus audacieuses pour atteindre le sommet. Un homme bénéficie plus rapidement de plus de crédibilité et c’est injuste. Ceci dit, je crois aussi qu’il y a simplement moins de femmes qui ambitionnent une position au sommet. Pour chaque 100 hommes ambitieux, il y a 50 femmes ambitieuses. Cela mène automatiquement à plus d’hommes au pouvoir. Mais j’ai surtout des problèmes avec l’inégalité des salaires. Il est injustifiable que des hommes gagnent plus que des femmes pour le même travail. Un salaire équitable est un droit fondamental. Un de mes conseils de carrière est donc : osez négocier votre salaire.

    Lisez l'article complet sur Stepstone